Deviant Login Shop  Join deviantART for FREE Take the Tour
×



Details

Submitted on
July 16, 2011
Image Size
10.7 MB
Resolution
4413×3929
Link
Thumb
Embed

Stats

Views
1,632 (1 today)
Favourites
77 (who?)
Comments
4

Camera Data

Make
NIKON CORPORATION
Model
NIKON D300
Shutter Speed
1/6400 second
Aperture
F/2.0
Focal Length
50 mm
ISO Speed
100
Date Taken
Jun 6, 2011, 3:54:26 PM
Software
Adobe Photoshop CS5 Windows
×
Gaston Biron - Lettre VII by bwiti Gaston Biron - Lettre VII by bwiti
« Mercredi 14 juin 1916


Ma chère Mère,



Je suis bien rentré de permission et j’ai retrouvé mon bataillon sans trop de difficultés. Je vais probablement t’étonner en te disant que c’est presque sans regret que j’ai quitté Paris, mais c’est la vérité. Que veux-tu, j’ai constaté, comme tous mes camarades du reste, que ces deux ans de guerre avaient amené petit à petit chez la population civile, l’égoïsme et l’indifférence et que nous autres, combattants, nous étions presque oubliés, aussi quoi que de plus naturel que nous-mêmes nous prenions aussi l’habitude de l’éloignement et que nous retournions au front tranquillement comme si nous ne l’avions jamais quitté.



J’avais rêvé avant mon départ en permission que ces 6 jours seraient pour moi 6 jours trop courts de bonheur, et que partout je serais reçu les bras ouverts ; je pensais, avec juste raison je crois, que l’on serait aussi heureux de me revoir, que moi-même je l’étais à l’avance à l’idée de passer quelques journées au milieu de tous ceux auxquels je n’avais jamais cessé de penser. Je me suis trompé ; quelques-uns se sont montrés franchement indifférents, d’autres, sous le couvert d’un accueil, que l’on essayait de faire croire chaleureux, m’ont presque laissé comprendre qu’ils étaient étonnés que je ne sois pas encore tué.



Aussi, tu comprendras, ma chère mère, que c’est avec beaucoup de rancœur que j’ai quitté Paris et vous tous que je ne reverrai peut-être jamais. Il est bien entendu que ce que je te dis sur cette lettre, je te le confie à toi seule, puisque, naturellement, tu n’es pas en cause bien au contraire, j’ai été très heureux de te revoir et j’ai emporté un excellent souvenir des quelques heures que nous avons passées ensemble.



Je vais donc essayer d’oublier comme on m’a oublié, ce sera certainement plus difficile, et pourtant j’avais fait un bien joli rêve depuis deux ans. Quelle déception ! Maintenant je vais me sentir bien seul. Puissent les hasards de la guerre ne pas me faire infirme pour toujours, plutôt la mort, c’est maintenant mon seul espoir.



Adieu, je t’embrasse un million de fois de tout cœur.



Gaston. »


Gaston Biron avait 29 ans en 1914. Pendant plus de deux ans de guerre, Gaston qui ne cessait d'écrire à sa mère Joséphine avait attendu en vain une permission qui ne venait pas. Et puis le grand jour vint, malheureusement chargé d'une épouvantable déception: à l'arrière, il arrivait que le spectacle de ces poilus arrachés à leurs tranchées dérange...
Gaston était le seul fils d'une famille de 7 enfants. Ses sœurs Berthe, Hélène, Blanche, Marguerite, Madeleine et Marie apprirent sa disparition à la fin de l'été: blessé le 8 septembre 1916, il mourut de ses blessures le 11 septembre 1916 à l'hôpital de Chartres.





Facebook

website
Add a Comment:
 
:iconseda-baykara:
seda-baykara Featured By Owner Dec 26, 2011  Professional Artist
thanks for share this nice shot with us. it feels, i'm already there..
Reply
:iconsigmacore:
SigmaCore Featured By Owner Nov 26, 2011  Hobbyist General Artist
Ce pauvre homme...
Reply
:iconcarlostelecaster:
CarlosTelecaster Featured By Owner Jul 17, 2011  Student Digital Artist
So French, i love it
Reply
:iconfliegenlicht:
FliegenLicht Featured By Owner Jul 16, 2011  Hobbyist General Artist
Wow - so glad I decided to full-view this. :wow:
Reply
Add a Comment: