Shop More Submit  Join Login
×




Details

Submitted on
August 11, 2010
Image Size
825 KB
Resolution
933×1174
Link
Thumb
Embed

Stats

Views
1,824
Favourites
92 (who?)
Comments
50
×
Le journal - Block XLV by bwiti Le journal - Block XLV by bwiti
Il était 21h45, Bwiti reçevait son award d'or des mains de la radieuse Pamela Cougar.

"Ce soir, je suis honoré de recevoir ce merveilleux multi-award que le comité a bien voulu m'accorder et qui vient à la fin de ma prestigieuse carrière couronner ma tête de ce laurier si fameux... Le multi-award est la récompense suprême, je ne l'oublie pas...
Mais, voici venu le temps des remerciements, rien de tout cela n'aurait été possible sans l'amour de mes parents quim'ont donné la possibilité de devenir si génial... Je voudrais également remercier mon épouse, Nancy, qui a su accompagner mes faits et gestes avec une abnégation totale.
Enfin, je tiens à appeler sur cette scène mythique 4 photographes de renom qui ont su me mettre sur la voie du moyen format, puisque c'est grâce à eux que j'ai finit par m'acheter un Yashica Mat 124....
Je veux bien sur parler de Siamesesam, Edredon, JakezDaniel et enfin Lequark..."

Les 4 hommes se lèvèrent et se dirigèrent en silence vers la scène. Le public nombreux commença à s'agiter. On entendait des hommes et des femmes crier :

"Quarky je t'aime ! Quarky je serai ton Moja !"

"Dredon mont'moi tes plumes Dredon je t'adore !"

"Samy je t'accompagnerai jusqu'au bout de tes déserts !"

"Jacky ! Mon homme du nord ! Jacky Amok Amok !!"


En très peu de temps, le tumulte fut si grandiose que la foule s'entredévora et Bwiti resté seul sur la scène continuait à discourir, comme un murmure perdu...

The devil - Pj Harvey



www.bwiti-photos.com
Add a Comment:
 
:iconchlorinedream86:
ChlorineDream86 Featured By Owner Nov 26, 2010  Hobbyist Photographer
another fantastic shot
Reply
:iconlequark:
LEQUARK Featured By Owner Sep 6, 2010  Professional Digital Artist
bon sang de bonsoir! et j'étais passé à coté de cette cascade dantesque!
et je ne suis pas peu fier d'avoir contribué à dévoyer ton appétit insatiable d'images vers le coté obscur du moyen format!... :hug:
mention spéciale à Siamsesam pour son splendide délire....
Reply
:iconbwiti:
bwiti Featured By Owner Sep 6, 2010
...merci...
Jakezdaniel en a même fait un journal : [link]
Reply
:iconlequark:
LEQUARK Featured By Owner Sep 6, 2010  Professional Digital Artist
:ohmygod:
Reply
:iconbwiti:
bwiti Featured By Owner Sep 6, 2010
:)
Reply
:icondaborgne:
DaBorgne Featured By Owner Aug 19, 2010
Un bien bel outil ce Yash, j'en ai justement eu un entre les mains le WE dernier :)

Amuse toi bien avec ce beau joujou, il faut lui donner plein de films à manger ;)
Reply
:iconbwiti:
bwiti Featured By Owner Aug 19, 2010
Oui j'aime vraiment beaucoup, il est léger... il fait des images à la netteté assez stupéfiante et puis il est bien beau... C'est un p'tit peu comme si j'avais un bout de la grande Histoire entre les mains...:)
Reply
:iconsiamesesam:
siamesesam Featured By Owner Aug 18, 2010  Hobbyist Photographer
"En très peu de temps, le tumulte fut si grandiose que la foule s'entredévora et Bwiti resté seul sur la scène continuait à discourir, comme un murmure perdu...
"
Les quatre chevaliers avaient commencé par arborer de timides sourires, à la fois flattés et inquiets de voler la vedette au héros du jour. Mais quand ils réalisèrent qu'ils avaient de grandes chances de finir écrabouillés par la foule qui se pressait toujours dans leur direction, les sourires vacillèrent quelque peu pour laisser place à une expression vaguement angoissée. JakezDaniel, qui n'avait pas quitté son épais manteau de peau à cause de ses habitudes nordiques, commençait à suer à grosses gouttes. Il siffla précipitamment le reste de sa flûte de Champagne - il n'avait jamais vraiment apprécié ça, le Champagne - et agrippa la manche du Quark. "Ils veulent nous assassiner par hyperthermie ?" bougonna-t-il à l'oreille de ce dernier. Le Quark ne répondit pas : il se pencha pour ramasser au sol quelques poignées de ses Mojas avant qu'ils ne se fassent piétiner par la foule qui avançait toujours. Edredon se tourna vers Siamesesam et parla dans son oreille pour couvrir les hourra et les glapissements hystériques : "j'hésite entre me faire léger comme une plume, ou acéré comme un bouquet de nerfs... En tout cas, heureux d'avoir foulé les mêmes rues que toi, quoiqu'à quelques années de décalage. Oh!... Oh!" Siamesesam semblait paralysé et Edredon le secoua par l'épaule. Il s'ébroua, comme au sortir d'un cauchemar, et regarda Bwiti qui criait dans le micro, espérant encore se faire entendre. L'invitation à la cérémonie avait éveillé une pointe de jalousie chez lui, qui s'était traduite par un léger picotement à la surface de ses globes oculaires, mais il avait été très heureux de s'y rendre, car il reconnaissait volontiers le talent du Bwiti. Maintenant que Bwiti avait lâché la foule sur eux, il se sentait profondément trahi car rien ne le terrifiait autant que le contact rapproché avec cette grande masse corporelle. Il commençait à lever les mains, paume en avant en guise protection, et à bredouiller d'absconses paroles d'excuses, de remerciement et de protestation tout à la fois, dans cette langue alambiquée qui était son arme défensive ordinaire et qui avait pour effet de rebuter autant les cuistres que les beaux esprits. Mais la foule déchaînée n'en avait cure.
Soudain ils furent sur eux. Et au lieu de déchirer les quatre chevaliers à force de se les disputer, ils furent, dans une belle unisson, hissés sur les épaules du public, qui commença à leur faire faire des tours de salle. Ils rebondissaient à dos d'homme, souriant à nouveau. Sur la scène on voyait Bwiti qui applaudissait, en maître de cérémonie satisfait. Une bouteille de Jack était apparue dans les mains de JakezDaniel, qui en but une généreuse rasade avant de la faire passer. Lequark dut s'abstenir, car il serrait précieusement dans ses mains ses Mojas affolés. Bien que ces créatures n'aient pas de pedigree, elles sont devenues très prisées des amateurs d'art, et leur maître leur accorde une valeur affective encore bien supérieure. La foule les avait presque transportés à l'autre extrémité du vaste hall, et Siamesesam continuait de jeter des regards désespérés en direction de la lointaine scène. Rien n'est pire qu'une foule d'êtres humains, pensait-il, et il se sentait affreusement seul malgré les chaleureuses accolades de ses camarades. Soudain il vit la radieuse Pamela Cougar grimper sur la scène. Sa combinaison aux motifs de panthère moulait ses formes élancées et lui donnait vraiment cette allure de félin. Elle s'approcha de Bwiti et Siamesesam fut estomaqué quand il la vit lui donner un long baiser. Quand les deux corps se séparèrent de leur étreinte, un liquide rouge s'épanouissait sur le devant de la chemise blanche de Bwiti, et assombrissait la combinaison de Pamela Cougar... La célèbre mannequin regagna le bord de la scène et plongea dans la masse de corps vivants en liesse, où elle se mit à mordre toute chair passant à sa portée. Après être resté un long moment immobile sur la scène, avec sa fleur de sang qui grandissait sur la chemise, Bwiti s'anima à nouveau et, d'un pas lent et chancelant, rejoignit Pamela dans la fosse. La foule fut parcourue de vagues, des visages souillés de fluides organiques se levaient vers les projecteurs. Une frénésie cannibale se propageait dans la direction de Siamesesam et des autres. Il voulut prévenir les trois chevaliers, toujours juchés sur leurs humaines montures, mais pas un son ne sortait de sa bouche; et s'il avait pu parler, le vacarme de la foule qui jubilait encore et encore au-dessous d'eux aurait couvert ses paroles. Rien n'est pire, corrigea-t-il en pensée, qu'une foule de morts-vivants affamés d'êtres humains. Sauf que les morts vivants ne sont pas sensés exister. Une partie du public avait fini par comprendre qu'il se passait quelque chose d'anormal, et un mouvement de panique les poussait vers les grandes portes du hall, qui semblaient encore fermées. Devant eux, les vivants tombaient par vagues et finissaient piétines, et derrière eux... derrière eux la mort avançait avec son visage au regard vitreux. Il était clair que la mort gagnait du terrain. Alors Siamesesam eut une espèce d'illumination. En un rien de temps, assis sur les épaules d'un type qui hurlait de terreur, il saisit beaucoup de chose. Il ne pouvait concevoir aucune jalousie envers le Bwiti. Dans ses errances urbaines, Bwiti n'avait eu de cesse de débusquer la vie. Les vies cachées, les petites vies, les vies banales et innombrables avaient trouvé une voix en lui. Bwiti était un photographe du monde des hommes, et il était tout à fait normal de l'acclamer dans le monde des hommes. Siamesesam repensa à ses propres déserts. Il pensa à sa manie d'effacer tout présence humaine directe, de n'en laisser que de vagues traces. Il comprit que le monde d'alors n'était pas prêt à voir ses photos, qui arrivaient avant d'avoir reçu leur sens. Il comprit que s'il sortait de là, son tour viendrait: il serait LE photographe du monde d'après l'homme, acclamé dans CE monde à venir. Mais... par qui ?
Reply
:iconlequark:
LEQUARK Featured By Owner Sep 6, 2010  Professional Digital Artist
belle plume!... on se croirait en direct d'un cauchemar; jubilatoire à souhait! bravo.... :halfliquid:
Reply
:iconedredon:
edredon Featured By Owner Aug 18, 2010
ben par moi pardi :D
hourra hourra hourra !!! vive l' Ardèche libre, vivent les Ardéchois ( on doit bien être le seul département ou ça change d'accent, de l'accent grave à l'accent aigu, il faut le signaler car ça se mérite non mais ! :ahoy: )


z'êtes complètement barj' tous les 2, vous vous êtes bien trouvés :D
n'empêche que ça serait marrant de se réunir et d'en faire soit un court métrage soit un roman photo :D
Reply
Add a Comment: